Le bioéthanol est  le biocarburant le plus utilisé dans le monde. Après le premier choc pétrolier de 1973, le Brésil et des États-Unis ont cherché à diversifier leurs sources d’énergie. Les deux pays ont mis en route des objectifs ambitieux de production de bioéthanol, qui est  destiné à être mélangé à l’essence . Aujourd’hui, 10 millions de véhicules FlexFuel sont déjà en circulation dans le monde, dont la moitié aux USA.

 

Voici quelques chiffres clés :

  • La production mondiale de bioéthanol atteint 610 millions d'hectolitres (MhL) en 2007 et 740 MhL en 2009.
  • Le Brésil et les États-Unis assurent à eux seuls les 3/4 de la production mondiale.
  • Aux États-Unis, la production de bioéthanol est de 349 MhL en 2009, contre 76 MhL en 2001. La même année, plus de 242 MhL d'éthanol sont produits au Brésil.

                                                                                                                                                      

Dans l’Union européenne à 27, la production 2009 de bioéthanol s’établit à 28 MhL. La France assure 1/4 de cette production tandis que l’Espagne, l’Allemagne, la Suède, la Belgique, l’Autriche, et la Hongrie produisent les 3/4 .

 

Le modèle suédois

Le bioéthanol est considéré comme un produit stratégique en Suède. Le gouvernement a mis en place pour cinq ans une politique de défiscalisation qu’il vient d’ailleurs de proroger jusqu’en 2013.

Résultat,:environ 60 000 véhicules flex-fuel circulent dans le pays grâce à des mesures incitatives, dont la défiscalisation totale du bioéthanol ainsi que  des taxes allégées pour les sociétés  utilisant les voitures Flex-fuel :

- les avantages pour les consommateurs sont nombreux : meilleur prix de revente des véhicules flex-fuel après 3 ans, parking gratuit dans de nombreuses municipalités, assurance moins chère ;

- une agence, la Bio Alcohol Fuel Fondation (BAFF), regroupe les organismes publics,  les  producteurs  et les distributeurs  du bioéthanol ;

- l’accord avec Statoil a permis la mise en place d’un réseau de distribution de bioéthanol à 85 %.

Le Brésil roule au bio éthanol depuis 1975

Avec plus de deux millions de voitures flex-fuel vendues en 2009(1), soit 95,6 % des immatriculations de l’année, et une part de 52 % d’éthanol dans la totalité des carburants consommés en 2008 (2), rouler au bioéthanol est devenu une seconde nature pour les automobilistes brésiliens. Tour d’horizon du marché brésilien à la pointe des efforts de réduction des émissions de CO2 dans les transports.

Les bases de cette avance ont été posées il y a plus de tentes ans. Suite au premier choc pétrolier, le Gouvernement brésilien lançait, en 1975, le programme national « ProAlcool » qui positionnait l’éthanol comme alternative prioritaire aux énergies fossiles dans les transports et planifiait le développement d’infrastructures de production et de distribution. Fondé sur le potentiel de développement de la production domestique (voir ci-dessous), ce choix s’est tout d’abord traduit par la mise en circulation de voitures équipées de moteurs dédiés exclusivement à l’éthanol, puis par l’incorporation croissante d’éthanol dans l’essence conventionnelle, jusqu’à atteindre aujourd’hui un niveau d’incorporation de 25 %, qui ne nécessite pas de spécification particulière pour les moteurs essence récente.

L'Europe commence à rouler vert.

 

Le développement des biocarburants est l’objet d’une volonté politique constamment réaffirmée par l’Union européenne dans le cadre de sa politique de lutte contre le réchauffement climatique. La Directive Énergies renouvelables adoptées en codécision par le Conseil européen et le Parlement en décembre 2008 fixe à 10 % le taux d’utilisation d'énergie renouvelable dans le secteur des transports d’ici 2020.
Mais tous les gouvernements ne sont pas au diapason.

Le saviez-vous ? Dix-sept des états membres produisent de l’éthanol-carburant. La production a chuté dans 5 des 18 pays producteurs tandis qu’elle augmentait dans 12 autres. Après une croissance modérée en 2007 (11 %), l’augmentation de la production européenne a approché 60 % en 2008.

La production totale estimée de l'UE en 2008 étés de 2,8 milliards de litres contre 1.8 milliard de litres l'année précédente. Cette augmentation conséquente de 56 % provient en grande partie de la croissance de la production française.

Elle a presque doublé, atteignant 1 milliard de litres en 2008 (contre 539 millions en 2007). Ce qui fait de la France le plus gros producteur, suivi par l’Allemagne dont la production (568.5 millions de litres) a aussi augmenté de 32 %. Ensuite vient l’Espagne avec 317 millions de litres.

Produire local, voire équitable ? L’UE a adopté des critères de production durable, mais rien de comparable n’existe pour encadrer les importations. Conséquence, tant en termes de compétitivité que de maintien d’emplois, de nombreuses voix se font entendre contre un recours trop massif aux importations pour atteindre les objectifs. Bruxelles est le cadre “naturel” de ces débats et l’appui européen se révèle indispensable, face notamment aux positions de certaines associations écologistes sur les carburants de première génération.